Il y a quelques années ces textes ont été publié sur le site EpsyWeb; Albert OHAYON nous avait hébergé sur FemiWeb. Ils n'étaient pas destinés à un enseignement de la psychanalyse mais plutôt à sa transmission pour un public large, pour un lecteur averti et intéressé. Il s'agissait à l'époque de réunir des textes rigoureux sur le plan théorique et clinique, compréhensibles pour le lectorat que nous avions défini, tournés vers l'actualité (politique, culturelle, cinématographique, sociétale), proposant une lecture des faits de société d'un point de vue de la psychanalyse Lacanienne et Freudienne. Par la suite avec Denise VINCENT, Jean-Claude PENOCHET et Charles MELMAN, à partir du concept de ce site, nous avions élaboré un projet pour le développer : augmenter le nombre de rubriques, diversifier l'origine des intervenants etc…etc… ce projet n'a pas abouti.
Actuellement le bureau de l'Ecole Psychanalytique du Languedoc-Roussillon a estimé qu'il était cohérent de mettre sur son site les anciens textes d'EpsyWeb car la plupart ont été rédigés par les membres de l'Association Lacanienne Internationale et qu'il était intéressant que le lecteur connaisse le contexte de leur publication. Certains auteurs répondront peut être à vos questions. Nous verrons bien, en tout cas bonne lecture.
Bob SALZMANN



Paternité.
Charles MELMAN

LA FONCTION DU PERE
Un compte de Noël

J'ai bien connu le Père Noël, un vieux fou croyez-moi. Imaginez un type capable de s'acharner à travailler toute l'année pour entretenir sa famille et passer le jour de sa fête à distribuer à son entourage les plus beaux cadeaux.
Et pour échange, recevoir quoi ?
Le chagrin et les récriminations des enfants, déçus de ce qu'ils trouvèrent au pied du sapin et qui ne vaut pas les présents faits au frère et à la soeur ; la plainte de l'épouse, harcelée par les charges domestiques pendant que Monsieur se promène en traîneau et fait le joli coeur. Et puis les reproches de l'aïeul, le grand père Noël qui ne supporte pas le laisser-aller vis-à-vis des traditions.
En dépit de son abattement, il recommence chaque année et, au petit matin, s'enrhume devant l'arbre, à espérer l'émerveillement vite retombé des petits.
Celui que j'ai connu m'interrogeait régulièrement, la voix de plus en plus étranglée : "Mais comment faire pour les contenter ? - Demande au Père Noël, lui répondais-je, moi je ne travaille pas les jours fériés".
Il a mal fini. L'année dernière, je l'ai vu arriver en perruque blonde, tailleur Chanel de chez Carrefour, les mollets rasés haut perchés sur des escarpins.
"J'en ai assez, dit-il, moi aussi je veux être aimé et recevoir des cadeaux !" Je lui tendis celui qu'avait préparé notre vieille amitié ; dans son écrin écarlate, une pipe en écume et bout d'ambre, sculptée à l'effigie du Père Noël. Les larmes firent couler son rimmel.
Il disparut et personne ne l'a jamais revu.
Il vaut mieux savoir que ceux que vous allez rencontrer dans les rues ne sont que des sosies.



LA FONCTION DU PERE
Un père, pour quoi faire ?

Drôle de question. Car un père, on sait très bien ce qu'il fait. Dans le meilleur des cas, il s'occupe discrètement de la mère, et de telle sorte qu'elle ne soit pas de trop mauvaise humeur. Quand c'est possible.
Mais lui-même peut se demander "pour quoi faire ?" Il doit s'échiner à élever une famille qui, souvent, ne le paie que d'ingratitude, voire le traite en gêneur.
Laissons donc le point de vue utilitariste pour ne considérer que la fonction, qui se dispense, elle, de l'agrément des agents.
La fonction du père donc est de priver l'enfant de sa mère, l'introduisant ainsi aux lois de l'échange ; au lieu de l'objet chéri, il devra composer plus tard avec un semblant.
C'est cette opération qui prépare l'enfant à la vie sociale et à l'échange généralisé qui la constitue : qu'il s'agisse d'amour donc, ou de travail.
C'est elle qui lui donne l'ambition d'être un "gagneur" en réparant le dommage qu'il a subi,
A moins qu'il ne se replie sur le dol*, sans reconnaître qu'il l'a introduit au désir, et n'en vienne avec la collectivité à dénoncer l'abus dont il aurait été victime.
Si vous rencontrez un père, protégez-le car l'espèce est en voie de disparition.